Fintech : ces startups qui bousculent les banques

Le terme fintech désigne généralement toute innovation technologique dans le domaine des services financiers. Les acteurs du secteur développent de nouvelles technologies pour révolutionner le monde des marchés financiers, des banques traditionnelles et des assurances (Insurtech).

Les principaux acteurs de ce processus sont évidemment les start-ups, mais aussi les institutions bancaires les plus célèbres (on pense à HSBC, Credit Suisse, Unicredit, etc…) sont les artisans de cette transformation et investissent dans le développement interne ou l’acquisition de projets fintech. Ceux-ci utilisent des technologies à la portée de tous, comme les apps, mais aussi des logiciels plus complexes qui incluent l’utilisation de l’intelligence artificielle ou du big data.

Applications de paiement mobile (par exemple PayPal, Apple Pay, Satispay), crypto-monnaies (Bitcoin, Ripple, Ethereum…), blockchain, crowdfunding, API ouvertes, chatbots, robo-advisors… ces termes, qui font désormais partie du vocabulaire courant, se retrouvent dans le chaudron de la fintech.

Innovation disruptive

L’innovation de rupture fait référence à la technologie ou à l’innovation qui conduit à la création de produits et de services qui génèrent une rupture soudaine afin de concurrencer une technologie dominante, en cherchant une consolidation progressive sur un marché donné.

On parle d’une telle innovation lorsque de nouvelles technologies modifient le fonctionnement des marchés. Bien qu’il ne s’agisse pas exclusivement d’un terme lié aux fintech, il est souvent utilisé pour décrire les services financiers où les évolutions technologiques obligent les institutions financières à repenser leur approche du secteur.

Regtech

Le contrôle et la réglementation des marchés financiers (ou regtech) désigne la technologie qui aide les entreprises à opérer dans le secteur des services financiers sans perdre de vue les lois qui les régissent. Avec l’arrivée de MiFID II, un certain nombre de start-ups spécialisées dans la regtech ont vu le jour pour aider les entreprises financières à se conformer aux nouvelles réglementations.

Parmi les principales priorités de la regtech figurent l’automatisation et la numérisation des réglementations relatives à la lutte contre le blanchiment d’argent et des processus de connaissance du client (KYC), qui permettent d’identifier et de vérifier l’identité des clients des entreprises financières afin d’éviter qu’ils ne participent à des fraudes et des escroqueries.

Open banking

Il s’agit d’une idée émergente dans le domaine des services financiers et de la fintech, qui consiste pour les banques à autoriser des entreprises tierces à créer des applications et des services en utilisant les données internes de la banque. La banque ouverte (Open Banking) implique l’utilisation d’interfaces de programmation d’applications (API) – des codes qui permettent à différents programmes de communiquer entre eux – pour créer un réseau connecté d’institutions financières et de fournisseurs tiers.

Les partisans de l’open banking estiment qu’un écosystème d’API ouvert permettra aux banques en ligne de développer de nouvelles applications telles que des applications mobiles pour donner aux clients un plus grand contrôle sur leurs données bancaires et leurs décisions financières.

Insurtech

L’Insurtech est un sous-ensemble de la fintech qui fait référence à l’utilisation de la technologie pour simplifier et améliorer l’efficacité du secteur de l’assurance. Un rapport de Capgemini et de l’European Financial Management & Marketing Association (Efma) souligne comment les assureurs traditionnels sont confrontés à une pression concurrentielle croissante en raison de l’émergence d’un certain nombre de start-ups spécialisées dans l’insurtech.

ICOs

Une “Initial coin offering” (ICO) est une mesure de financement pour les start-ups utilisant la blockchain et implique la vente d’unités de crypto-monnaie émises par la start-up en échange d’argent réel. Les ICOs sont similaires aux introductions en bourse (IPO), où les actions d’une société sont vendues aux investisseurs pour la première fois. Mais les ICO font référence aux partisans d’un projet plutôt qu’aux investisseurs, ce qui les rapproche davantage d’une expérience de crowdfunding.

Inclusion financière

L’inclusion financière fait référence aux solutions conçues par la fintech pour offrir des alternatives plus accessibles aux personnes défavorisées et à faible revenu qui ont un accès limité aux services financiers classiques. Il s’agit de l’un des domaines les plus importants pour les entreprises fintech opérant sur les marchés en développement.

Contrats intelligents

Les contrats intelligents sont des programmes informatiques qui exécutent automatiquement des contrats entre acheteurs et vendeurs. Cela permet de gagner énormément de temps et d’argent pour les transactions qui nécessitent habituellement la participation d’un humain. Par exemple, dans Ethereum, les contrats intelligents sont traités comme des scripts décentralisés stockés dans le réseau de la blockchain afin qu’ils puissent également être utilisés lors d’une exécution ultérieure.

Robo-advisors

Les robots-conseillers  (robot-advisors) sont des plateformes qui automatisent le conseil en investissement à l’aide d’algorithmes financiers. Ils limitent le besoin de gestionnaires humains, ce qui réduit considérablement les coûts de gestion d’un portefeuille.

Ces dernières années, la fintech a connu une croissance rapide, allant de pair avec des innovations technologiques toujours plus rapides. Nous sommes face à une véritable révolution, et nombreux sont ceux qui regrettent déjà de ne pas avoir pris plus tôt le train de la technofinance, qui continue de rouler à grande vitesse.

Leave a Reply

Your email address will not be published.